top of page

Articles

A la rencontre de Marie Letailleux, responsable RSE pour Nexans

Marie Letailleux a partagé avec nous son parcours, sa vision et ses missions en tant que responsable RSE pour Nexans.

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?


Je possède une formation d’Ingénieur chimiste, et au départ je souhaitais exercer une activité professionnelle soit dans le domaine de la cosmétique soit dans celui de l’environnement. J’ai complété ma formation académique avec un Mastère Spécialisé en Stratégie et Ingénierie des affaires Internationales à l’ESSEC.


J’ai démarré ma carrière professionnelle au sein d’un cabinet de conseil. J’étais en charge de montage de projets R&D : ceci consistait à la recherche de financements (exemple : union européenne) puis la coordination de ces projets. J’évolue ensuite vers un poste de chef de projets.


Je décide de reprendre une formation au CNAM en cours du soir sur le sujet environnement dans un objectif : changer de métier. Nexans me propose le poste de Services Manager au sein du département de l’innovation afin de transmettre les innovations technologiques c’est-à-dire les services développés en interne auprès de la force de vente. C’est alors le début de l’intégration des aspects environnementaux dans les offres que nous proposions à nos clients. Nous proposions à nos clients des solutions permettant des gains de temps, des gains financiers il s’agissait alors de mieux prendre en considération les sujets environnementaux.

J’ai donc concentré ma mission sur ces sujets c’est à dire développer une offre que nous pourrions proposer à nos clients.


Ensuite, Nexans m’offre la possibilité de faire un Master 2 Développement Durable des organisations à Dauphine. Et je deviens en parallèle Responsable RSE Groupe Nexans, rattachée à la Direction des Ressources Humaines.


A propos de Nexans …


Nexans est un Groupe industriel international leader dans la conception et la fabrication de systèmes de câbles et de services. Avec près de 25 000 collaborateurs, Nexans réalise 6,1 milliards d’euros de Chiffre d’affaires dans 42 pays sur une centaine de sites.

Les grands domaines d’activité du Groupe sont :

  • Production d’énergie & Transmission

  • Distribution Usages

  • Industrie & Solutions

  • Télécommunications & Données


Comment êtes-vous organisé sur les sujets RSE chez Nexans ?


L’équipe RSE en tant que telle est petite mais s’appuie et travaille en très forte collaboration avec différents interlocuteurs dans l’entreprise.


Au siège nous avons un Département industriel dans lequel se trouve la partie QHSE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement) qui va travailler entre autres sur toutes les notions de management environnemental de nos usines.


Au niveau Corporate, il y a le département R&D et une équipe dédiée aux Substainable Products.


Nous travaillons également avec le Département Achats et Nexans s’est doté d’un poste de Substainable Purchaser.


Ces fonctions sont-elles récentes au sein du groupe ?


Le poste de Substainable Purchaser est assez récent alors que l’équipe Substainable Products existe depuis plus de 20 ans. Elle travaille depuis plusieurs années sur toutes les notions de règlementation autour des produits comme REACH ou RoHS par exemple, ainsi que sur l’éco-conception des produits et leur Analyse du Cycle de Vie (ACV) et des formations d’éco-conception associées. Cette équipe est également garante de la comptabilité carbone et du calcul de notre empreinte carbone, avec l’officialisation, l’année dernière du poste de Carbon Manager ; le Groupe déclare la quantité de CO2 émise depuis plus de 15 ans.


Malgré la multiplicité et richesse de ces sujets, j’ai été surprise de constater il y a quelques mois, lors de mon intervention dans une école d’ingénieurs, l’absence de connaissances des métiers de la RSE. Cela est d’autant plus surprenant que l’on demande aux entreprises de s’adapter en permanence aux changements actuels et d’être de plus en plus flexibles et rapides dans leurs mutations, or on observe, en parallèle, que les écoles ne sont pas structurées, organisées, ni même missionnées, pour être flexibles comme se doit de l’être une entreprise. Les métiers de la RSE sont des nouveaux métiers qui ne sont pas encore pleinement appréhendés. Il arrive que certains fassent des raccourcis entre les métiers de la RSE et de l’environnement, ou de la Communication par exemple.


En 2020, notre CEO a pris et annoncé publiquement des engagements très ambitieux pour lutter contre le changement climatique, et notamment la contribution du Groupe à la neutralité carbone mondiale d’ici 2030 pour rester dans la trajectoire des 1, 5°C et les accords de Paris.

En interne, cela impose et engendre une belle dynamique soutenue, des contraintes d’actions par le biais de différents projets internes et différentes initiatives et modes opératoires (augmentation des connaissances des enjeux climatiques via des formations, le développement d’outils d’aide à la décision des investissements à réaliser pour atteindre les objectifs Carbone fixés, nouveau modèle opératoire E3 et le business model associé par le recentrage vers les activités de l’électrification…)


Historiquement, Nexans agissait dans ces domaines mais n’avait pas mis en place de ressources dédiées spécifiquement pour communiquer sur ces activités. Il y a 1 an, une personne en interne a été nommée CSR Internal communication, c’est à dire spécifiquement sur tout ce qui concerne les sujets liés à la RSE.


Quel est votre mission en tant que Responsable RSE ?


Je suis Responsable RSE, mais de par ma formation et mon appétence, je me concentre plus sur toute la partie climat, sur le projet neutralité carbone.


La RSE c’est l’application du Développement Durable en entreprise. Il y a 3 piliers :

  • L’aspect Economique

  • L’Humain (que l’on a nommé « Engagement » chez Nexans, dans le cadre de E3)

  • Et l’Environnement

Je traite différents sujets de reporting, de veille réglementaire et des plans d’actions associés, mais pour ce qui concerne la partie Climat, je coordonne ce que l’on appelle le PLANET Project et suis garante de toute la dissémination via notamment :

  • les trainings pour que les collaborateurs en interne augmentent leurs niveaux de connaissances et soient conscients afin d’agir pour réduire les émissions de GES (Gas à Effet de Serre). Cela facilite ensuite la transmission de la communication à l’externe auprès de nos clients.

  • l’animation du serious game la fresque du climat pour faire comprendre les enjeux du changement climatique et faire comprendre pourquoi notre CEO a pris ces engagements aussi ambitieux.


Qu’est-ce qu’une fresque du climat ?


C’est un outil très puissant qui s’appuie sur le rapport du GIEC, Groupement intergouvernemental d’experts du climat, qui regroupe une centaine de scientifiques et dont les conclusions font consensus scientifiquement en matière de changement climatique. Il s’agit d’un extrait de ces rapports traduits en jeu afin de comprendre tous les liens entre tous les sujets, les causes et conséquences, basé sur l’intelligence collective.


Comment peut-on évaluer les opérationnels dans le secteur industriel ?


Nous avons décidé d’évaluer nos sites industriels sur ces 3 facteurs, Environnement, Economique et Engagement humain. Nous avons pu constater qu’une usine qui a un taux d’absentéisme trop important ou taux d’accidents important, aura également une tendance à impacter négativement les résultats financiers.


Aujourd’hui c’est une corrélation sur les 3 piliers :

  • Économique

  • Engagement humain : taux d’absentéisme, taux d’accident

  • Environnement : c’est-à-dire que les usines vont être évaluées au niveau de leur émission de carbone, de leur consommation en ressource, en eau, en énergie…

Quelle est la réaction de vos collaborateurs ?


« Si je n’ai pas de budget, je ne pourrais rien faire ». Initialement, on constate une réaction de scepticisme, et c’est tout à fait normal, c’est effectivement la première étape de la courbe du changement, ou courbe du deuil de Kübler-Ross.


Cela fait donc partie de notre métier d’expliquer et de travailler sur le changement des mentalités, de faire en sorte que l’évaluation de notre performance, au niveau financier, au niveau social et environnemental entre dans notre ADN. Et c’est ici où l’on travaille en forte collaboration avec le département RH, direction à laquelle la RSE est également rattachée.


Epilogue


Dans la société civile actuelle, on oppose souvent l’environnement avec l’économie. On estime qu’il faut investir financièrement pour faire « du green » et que cela a un coût élevé, que cela n’est pas rentable.


Aujourd’hui, chez Nexans, notre mission est de démontrer qu’il existe des marges de manœuvre, certes ténues, pour lesquelles il ne s’agit pas d’opposition entre les 3 piliers. Mais pour ce faire, cela nécessite d’étudier des solutions et de trouver de nouveaux modes opératoires. Objectif : réussir à transformer ces mentalités, ne pas opposer les 3 piliers, et trouver des solutions.

19 vues0 commentaire

A l'heure de la transition écologique, sur quels leviers s'appuie la fonction RH pour garantir que les organisations  disposeront des compétences et des talents de demain ?

Master 2 Executive Gestion des Ressources Humaines et
Relations de travail -
CIFFOP - Promotion 2021/2022
 

bottom of page